De la culture dans le métro !

Capture d’écran 2015-04-26 à 14.38.37

Le métro a du retard ou il est bondé et impossible de monter à l’intérieur ? L’attente se fait longue et vous trépignez d’impatience. Il se fait tard, vous voulez rentrer ! LA RATP a pensé à vous avec une mini exposition dans les couloirs du métro et du RER.

Garry Winograd, l’exposition Magnum et aujourd’hui Harry Gruyaert. La RATP se met à la culture pour la troisième fois. A la place des panneaux publicitaires, retrouvez les images du photographe belge, Harry Gruyaert, exposées dans le métro du 14 avril au 15 juin.

Signé Harry Gruyaert

Au dessus des sièges du métro, pas de publicités promouvant une saucisse ni quelconque site de rencontre. La place est prise par une photographie de jambes avec des chaussures rouges. Elle est signée Harry Gruyaert. La photo ne se trouve pas seule. Le long du quai, 6-7 clichés du même auteur sont présents. Ils attirent l’attention des curieux qui se promènent en attendant leur métro.

46 photographies dans le métro

A l’occasion de l’exposition à la maison Européenne de la photographie, Harry Gruyaert est présent dans le métro parisien. Pionnier de la photographie en couleur dans les années 70, le travail du photographe est affiché. La RATP propose environ 46 clichés sur les murs des couloirs du métro et du RER. Plusieurs thématiques de son travail sont exposées : le Maroc, la Belgique, les rivages et les TV shots. Une sélection pour découvrir l’univers du photographe au travers de ses différents voyages. A chaque station sa thématique. Ainsi, la RATP offre à ses usagers une sélection d’images qui viennent en complément de la rétrospective à la maison Européenne de la photographie.

L’attente peut donc dans certaines stations se faire moins longue ! 

Plus d’infos

Pour les plus curieux, l’exposition intégrale est à retrouver jusqu’au 14 juin à la maison Européenne de la Photographie. Pour connaître les stations où se trouvent les photographies c’est ici.

Quelle sportif/sportive êtes-vous ? (TEST)

Les salles de sport, vous connaissez, courir en plein air aussi. Quel sportif êtes vous réellement. Répondez à ce test et vous découvrirez la vérité !

  • Vous vous êtes mis(e) au sport car …
  1. vos ami(e)s s’y sont mis aussi
  2. en prévision des prochaines vacances
  3. vous n’avez jamais arrêté
  • Vous allez au sport …
  1. contraint(e) et forcé(e)
  2. pour atteindre votre objectif !
  3. dès que l’occasion se présente

– Pendant votre séance de sport …

  1. quand est ce que ça se termine ???
  2. c’est dur mais vous vous voyez musclé sur la plage
  3. vous vous sentez comme sur un petit nuage
  • En vacances, vous êtes du genre :
  1. grasse mat’, c’est les vacances !
  2. bronzette et vous regarder les autres courir, votre objectif est atteint
  3. réveil à 7h pour ne pas manquer votre séance de sport au frais !
  • Le matin en semaine, vous êtes plutôt du genre …
  1. dur dur de se lever, on est si bien au lit!
  2. vous installez votre tapis de yoga, on va commencer doucement
  3. à peine levé vous avez vos baskets aux pieds !
  • Votre devise ?
  1. Manger, bouger !
  2. Vamos  a la playa
  3. Rien ne sert de courir …

————————————–

Comptabilisez vos nombre de 1, 2 et 3, puis découvrez quel sportif ou quelle sportive vous êtes réellement ! N’hésitez pas à le partager en commentaire !

1 : erreur de parcours

Vous vous demandez encore si c’était une bonne idée de suivre votre ami(e). Vous allez courir mais à reculons. Il ne faut pas se mentir, vous détestez ça ! Mais maintenant que vous vous y êtes, difficile d’avouer votre envie d’arrêter.

2 : sportif/sportive avec un objectif

L’été, la plage et ce maillot de bain qui vous fait tant rêver. Mais comment allez vous rentrer dedans ? Gros dilemme. Après les fêtes, une de vos résolutions est de vous mettre au sport. Vous avez commencé mais pas sûr que vous allez continuer.

3 : le sport c’est la vie

Tennis, foot, natation … s’il était possible d’avoir plusieurs vies ou plus d’heures dans une journée vous en profiteriez pour allez faire du sport.

Marre des pseudos sportifs !

2705073_marathon6

Votre instagram pullule de photos sportives, pareil pour Facebook ? Vous en avez marre de voir partout « nouvelles chaussures de running. Sans elles, jamais j’aurais pu commencer/continuer » ?  Passons un coup de gueule ensemble !

Ce n’est plus de la course à pieds mais du « running ». Plus hype, plus américain, un grand nombre de personne se mettent au sport, plus par effet de mode que par passion.

Sportifs, dorénavant il faut être à la mode. Courir c’est bien mais avec des chaussures de running Nike à 150€ c’est mieux. Plus confort, elles correspondent parfaitement avec l’ensemble déniché la veille dans le magasin H&M du coin. Demain c’est sûr, il va falloir absolument aller courir (ou faire semblant) pour prendre l’ensemble en photo et le partager.

Assez ! Pourquoi le montrer au monde entier ?  Dîtes vous à tout le monde le moment où vous allez faire vos courses ? Mieux encore, prenez vous votre panier en photo ? Non. Pour le sport faîtes pareil.

Comme manger sein, le sport devient un nouveau mode de vie. « Attend, tu ne vas pas courir ?! Moi perso, je ne peux plus m’en passer. Lance toi, ça te fera un bien fou ! Et en plus il y a des baskets de running trop canon maintenant. Regarde les miennes t’en passe quoi ? » vous explique votre copine Caroline. Répondez lui, « j’apprécie pas tellement afficher ma vie et encore moins mes chaussures de sport ! » C’est un plaisir personnel qui ne regarde personne d’autres que vous. Pas besoin de le mettre en avant et d’en parler à tout va comme si le monde entier devait acclamer l’effort que vous faites 3 soirs par semaine. Arrêtons de partager nos exploits sportifs et rappelons nous nos années lycée. Qui se cachait derrière le mur pour éviter de courir ? Avouez le, on l’a tous fait !

Allez je sors mes baskets Kalenji à 20€ trouvées à Décathlon et que personne n’a. Jalouses ?

Le sport couple le souffle, faisons le en silence !

Color Run, la course la plus colorée du monde

Capture d’écran 2015-04-19 à 13.36.40

La course la plus colorée du monde, la Color Run, a eu lieu à Paris le dimanche 19 avril. Plus de 20 000 personnes ont traversé la capitale sous des jets colorés de poudre.

Une course pas comme les autres. La course la plus colorée du monde revient en France. Après le marathon, il y a une semaine, la Color Run arrive sur Paris pour sa seconde édition. Cette course de 5km sur les quais de Seine rassemble petits et grands qui souhaitent s’amuser. Alliant running et folies, les bénévoles envoient de la couleur sur les participants tous les kilomètres. Vert, jaune, violet et bleu, les coureurs ont pour objectif de finir la course les plus colorés possible. Peu importe de terminer dans les derniers. Le plus compliqué était de pourvoir y participer.

20 000 participants

Il fallait être chanceux. A peine les inscriptions ouvertes, les places étaient déjà toutes réservées. « Ma fille a réussi à avoir sa place avec quelques copines. Elles se sont bien débrouillées mais mes quatre autres enfants non. » raconte une maman qui assiste à la course. Sur son vélo, elle parcourt aussi les 5 km pour photographier sa fille. Difficile pourtant de la retrouver avec 20 000 participants. « Ma fille est rousse avec les cheveux bouclés. Je pense qu’il est facile de la distinguer des autres» avoue cette même maman. Avait-elle prévu les jets de couleurs ? Les jolies têtes blondes, brunes et rousses parcourent Paris arrosées de couleurs. Tout le monde se ressemble à l’arrivée. La tâche se complique.

A la découverte de Paris

Sous un ciel bleu, les participants visitent Paris. Sur les quais de Seine fermés à la circulation à l’occasion de la course, certains prennent une pause pour prendre des photos. Le Grand Palais, le Pont Alexandre 3 ou encore le Trocadéro, font partie des lieux traversés par les coureurs. Appareil photo en main ou Gopro fixée sur la tête, la course devient un lieu de rigolade qu’il faut absolument immortalisé. « On ne participe pas à la Color Run pour courir mais pour rire entre copains. » explique Arthur, venu avec trois de ses camarades de classe. Quelques touristes font partie aussi du cortège. Venus en famille, ils découvrent Paris sous un autre angle. « Même si on est nombreux, on évite un peu la foule » rigole Patrice. En effet, rien ne sert de se bousculer puisque le but est de terminer la course en s’amusant.

Petits princes

La Color Run oeuvre pour une bonne cause. Petits Princes, représentés par Christophe Beaugrand, animateur de télévsion et participant à la course, réalise les rêves d’enfants handicapés. Pour cette deuxième années, les organisateurs ont récolté des fonds pour cette association. La remise des différents chèques s’est faite sur la scène au Trocadéro. DJ et animateurs accueillent les « finishers » de la course sur un fond sonore. Ce n’est pas tout. Les jets de couleurs restent présents et s’activent toutes les 20 minutes. Jusqu’au milieu de l’après midi, la Color Run a fait bougé Paris.

Quel(le) célibataire êtes-vous ? (TEST)

Quel célibataire êtes vous Comment vivez vous votre célibat ? Le célibat est-il fait pour vous ? Toutes les réponses à vos questions se trouvent ici. Profitez de ce test pour découvrir quel(lle) célibataire vous faîtes.

  • Pour vous la vie en solo c’est …
  1. l’idéal, vous faîtes ce que vous voulez
  2. une grande liberté
  3. chiant à mourir
  • Vous buvez un verre avec des amis …
  1. vous êtes surtout là pour discuter
  2. vous jetez des coups d’oeil au voisin/à la voisine d’en face.
  3. vous tournez sans arrêt le dos à vos amis
  • Le samedi soir chez vous c’est plutôt …
  1. pyjama party !
  2. sortie en boîte
  3. soirée speed dating
  • On vous aborde dans un bar …
  1. vous ne répondez pas. Après tout, on vous dérange, vous lisez le journal.
  2. vous sortez vos atouts charmes
  3. vous lui offrez un verre directement
  • Les rencontres d’un soir …
  1. vous évitez, à quoi ça sert ?
  2. pourquoi pas ?
  3. vous cherchez plus sérieux
  • Un ami vous conseille un site de rencontre …
  1. « T’es sérieux ? », vous méritez mieux
  2. « J’ai déjà testé » et c’est amusant
  3. « J’ai 3 rendez-vous par semaine » mais ça n’est jamais vraiment concluant
  • vous êtes libres un soir et il fait encore beau …
  1. vous en profitez pour regarder la TV fenêtre ouverte. Ca n’arrive pas souvent !
  2. vous sortez vos vêtements de printemps et direction un bar bondé
  3. direction le jardin le plus proche ou la plage, serviette sous le bras et maillot de bain sur vous.
  • Sur internet, vous avez plutôt tendance à …
  1. regarder des films en streaming
  2. sur des chats
  3. en train de regarder la liste des participants à la prochaine soirée
  • Avoir le lit pour vous tout seul …
  1. c’est le pied !
  2. vous êtes toujours d’accord pour le partager
  3. l’angoisse
  • Votre devise pourrait être …
  1. le célibat ? pourquoi pas
  2. un jour mon prince viendra
  3. le célibat on en viendra tous à bout !

————————————————————————————————-

Comptabilisez le nombre de 1, 2 et 3 et regardez quel célibataire vous êtes !

1 : célibat endurci

Vous ne faîtes aucun effort. Le samedi soir, on vous propose de sortir mais vous préférez la finale de The Voice. Les cocktails et les bars entre amis très peu pour vous. Et ne parlons pas de vos efforts vestimentaires … Ils n’existent pas ! Décidément, vous n’êtes pas encore prêts pour les rencontres.

2 : célibat assumé(e)

Tout le monde le sait et ce n’est pas une honte. Vous êtes célibataire et vous le vivez bien. Pourtant ce n’est pas une situation voulue. Vous rencontrez mais ne tombez jamais sur la bonne personne. Mais cette situation ne vous tracasse pas. Vous le savez, votre heure viendra !

3 : célibat non choisi

Vous en avez marre de votre célibat. Il est temps de passer à autre chose ! Vous tentez tout. Les soirées, les speed dating, les sorties entre célibataires … Mais rien n’y fait. La personne attendue viendra au moment quand vous vous y attendrez le moins.

Qu’avez-vous pensez de ce test ? 

J’ai testé pour vous … Tinder !

Tinder-app-dating

L’application mobile américaine Tinder permet de rencontrer des personnes proches de chez soi. En un seul clique, discutez avec vos voisins et allez boire un verre avec eux dans la semaine. Tinder révolutionne le dating. Curieuse, je l’ai testé pour vous !

« Myriam, Paris, étudiante »

L’inscription, rien de plus simple. Il suffit simplement de télécharger l’application sur l’apple store ou le store windows, sur son portable. Une des tâches assez délicates arrivent juste après. Quelle image choisir pour son compte ? Son meilleur profil ou une photo plus amusante ? Il est possible d’en sélectionner cinq ou six. J’opte pour une photo classique téléchargée depuis Facebook. Un espace en dessous de la photo est disponible pour se décrire, poster une citation ou l’humeur du moment. Je le remplis simplement avec « Myriam, Paris, étudiante ». Laissons un peu de mystère. Direction ensuite les réglages. Je choisi une tranche d’âge assez ciblée, les hommes âgés entre 21 et 25 ans se trouvant à 5 km autour de moi. Enfin, les recherches peuvent commencer.

« Comment vas-tu ? »

Simplement. Le mot résume parfaitement le démarrage de l’application. Sans prise de tête, les différents profils se succèdent. Les images défilent sous les doigts. Je reste à peine 10 secondes sur chaque profil puis je passe au suivant. Il faut l’avouer, tout se joue sur le physique à cette étape. Deux possibilité s’offrent à nous. Soit un coeur pour signifier que le profil nous intéresse ou une croix pour mettre de côté la personne qui ne nous correspond pas. Si l’utilisateur en face sélectionne aussi le coeur, la conversation peut débuter. Souvent de façon banal « comment vas-tu? », les discussions se suivent et se ressemblent. Les études, le quartier ou l’on vit, qu’est ce que l’on recherche … D’autres osent la touche d’originalité et certaines fois elle est de trop. « Mademoiselle vous êtes charmantes, vous voulez une glace à la menthe ? » A ce moment là, on regrette d’avoir appuyé sur le coeur. Mais rien n’est perdu, les profils se suppriment facilement quand la personne devient trop lourde. Au revoir donc Ludovic.

Tout peut ensuite aller très vite. Après une journée, le compte obtient déjà une dizaine de « match » (quand deux profils sont mis en relation). Les messages s’échangent. La conversation accroche. Thomas vient de Montpellier, tout comme moi. On s’entend bien. Le jeune homme de 21 ans propose de passer à l’étape suivante, se voir. Un rendez-vous est pris le week end suivant. Sans arrière pensée, à une terrasse ensoleillée, il m’invite à boire un verre. L’invitation est acceptée.

Nous sommes passés du virtuel au réel

Station Hôtel de ville. La foule se bouscule sur la place. Je tourne en rond. Difficile de retrouver son rendez-vous avec tant de monde. Une tape sur l’épaule suffit et je reconnais Thomas. Grand, brun, souriant, il ressemble à ses photos. Ouf, il n’a pas triché. Pas timides, la discussion reprend où elle s’est arrêtée la veille. Mais cette fois ci, nous sommes passés du virtuel au réel. Les heures défilent. Une sorte de gêne se met en place. Peut être le rendez vous a été pris trop tôt ? Peut être n’avons nous pas les mêmes attentes ? Trop bavard, trop tactile… Les échanges s’arrêteront là pour reprendre avec une autre personne qui me correspond mieux.

Le prochain rendez-vous sera peut être plus concluant.

Journée internationale des Roms

Capture d’écran 2015-04-11 à 18.00.34

Samedi 11 avril, place de la Bastille à Paris, Amnesty International organisait une manifestation lors de la journée internationale des Roms. 

Ciel gris. A la sortie du métro, on entend de loin l’accordéon de l’Orchestra Chakaraka. Le groupe se compose de 5 hommes d’origines roms. Ils vivent dans des camps près de Bordeaux. A travers leur musique, ils ont décidé de montrer la réalité lorsque l’on est roms et que l’on vit dans une cabane. L’un des musiciens a déjà connu les démolitions de camps 9 fois. Leur musique entraînante fait danser les passants qui viennent grossir les rangs devant la petite scène mise en place pour l’occasion.

77% des français estiment que la communauté Rom ne souhaite pas s’intégrer. Un avis que la communauté Rom veut contester. Avec la journée international des Roms (qui a lieu tous les ans le 8 avril), Amnesty International recueille différents témoignages comme celui de Liliana Hristache, fondatrice de l’association Roms Réussite. Cette femme d’origine rom a aussi connu les expulsions et veut dorénavant aider sa communauté à trouver du travail. Ce n’est pas la seule qui oeuvre à l’intégration des Roms. Le maire de Choisy Le Roy, Didier Guillaume, était aussi présent. Le maire est à l’origine d’un projet d’insertion de plusieurs familles Roms. Plusieurs autres personnalités se sont succédées sur la scène.

Une journée qui a pour but de mettre fin aux préjugés sur la plus petite communauté d’Europe.