Aux côtés d’Edith Piaf

IMG_3381
En 2015, qui ne connait pas Edith Piaf (crédits : moi)

« Paris c’est la gaité, Paris c’était la douceur aussi. » Edith Piaf n’a eu de cesse de chanter son amour pour sa ville. Personnage parisien emblématique, Roland Barthes la décrit en 1947 comme une « petite femme pas très jeune, pas très jolie avec une méchante petite robe noire. » L’exposition Piaf à la Bibliothèque Nationale de France retrace la vie de cette parisienne qui plaît toujours autant, jusqu’au 23 août 2015.

« C’est dingue, elle avait tout gardé » s’exclame un visiteur au pantalon rouge flashy. Devant lui, une sélection de lettre envoyée à Edith Piaf. On y lit alors un monsieur qui lui demande 3 millions de francs ou encore quelqu’un ne comprenant absolument pas son succès. L’exposition, à moitié dans la pénombre, permet, au travers de biens personnels, de retracer l’histoire de cette petite parisienne. « Elle avait une drôle de vie cette fille », songe une visiteuse devant une des photos de l’artiste. Née en 1915 dans le quartier de Belleville, la Môme commence dans les rues en compagnie de son père. Elle s’émancipe et part avec Momone, Simone Bertheaud. Toutes deux vont de station de métro en station de métro. Cette copine, les visiteurs la croisent au fil de l’exposition. Elle avoue sur une vidéo qu’Edith Piaf n’était pas si propre que ça.

Le visiteur voit la vie en rose

Ces petites anecdotes sont aussi comptées au travers d’un audioguide tout au long de la visite. Il est aussi possible d’écouter les chansons de son choix à n’importe quel moment. Rien n’est chronologique, chaque salle a sa thématique. Le visiteur passe ainsi des premiers pas sur scène de Piaf à ses histoires d’amours sans oublier sa carrière de comédienne. Au départ, difficile de se retrouver face à une Edith Piaf jeune qui soudain vieillit en quelques pas puis rajeunit. Mais ça n’est pas si grave. Les photos la montrent souriante, son vibrato donne envie de danser. La musique dans les oreilles nous projettent dans les années 30. Quelques minutes plus tard, on s’y croirait vraiment. Avec l’exposition, le visiteur voit la vie en rose.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s