Théâtre : 1914-1918 les 3 derniers jours d’un facteur poilu

theatre du gymnase facteur poilu paris
Roger et Théodore font connaissance sous terre à la lueur d’une bougie.

Le Théâtre du Gymnase accueille tous les dimanches et lundis une pièce de Gérard Pirodeau, « 1914-1918 les 3 derniers jours d’un facteur poilu« . Elle narre une partie noire de la Guerre : les crimes, la censure, les gaz, la solitude …

Personne n’en parle ou très peu. Pourtant, pendant la Guerre ils existaient bels et bien. Les facteurs, ceux qui au risque de leur vie délivraient le courrier aux soldats, courants de tranchées en tranchées pour distribuer les lettres et censurer les quelques passages déplaisants. Maintenant, il est possible d’en connaître un.

La pièce « Les trois derniers jours d’un facteur poilu » retrace les dernières heures d’un homme, Roger, qui pendant les 4 années de guerre a distribué le courrier en espérant qu’une chose : retrouver les siens le plus vite possible. Après une énième détonation, Roger se retrouve coincé avec un de ses camarades soldats, Théodore. Ce dernier ne sait ni lire, ni écrire. Le facteur lui apprend donc qu’il est papa ou que sa maman va mal.

La pièce n’est pas longue. Elle dure 1h15 mais nous ne sommes pas contre en avoir légèrement plus, en savoir encore sur le métier de facteur, ou sur le quotidien des poilus. Cette immersion sous terre, avec deux soldats qui ne se sont jamais rencontrés est plaisante et émouvante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s